[Lattainville hier]

[Lattainville aujourd'hui]

[Plan de la ville]

[Vos Elus]

[Artisans]

[Infos pratiques]

[L'église]

[Manifestations]

[Associations]

[Liens]

[Contact]

L’église de Lattainville

Il existait une église à Lattainville dès le
XIIème siècle ; on trouve en effet, daté de l’an
1212, un vidimus de l’archevêque de Rouen qui
confirme la donation faite de cette église en
1210, par Hugues de Chaumont, chevalier,
possesseur alors du comté de Chaumont, et
Pétronille, sa femme, à l’abbaye de
Gommerfontaine (près Chaumont), de l’ordre
de Cîteaux.

L’église actuelle est une construction du
XVème siècle ; la nef paraît cependant moins
ancienne ; le clocher, en flèche, couvert en
ardoises, est central.

Jusqu’en l’année 1634, les inhumations se sont faites dans l’église, ainsi d’ailleurs qu’il était d’usage dans presque toutes les localités du Vexin.

Vers cette époque, on convertit en cimetière une partie du terrain
vague attenant à l’église, qui tenait lieu de place publique, et depuis
elle continue d’être la sépulture des habitants.
L’église de Lattainville possédait quatre cloches à l’époque de la Révolution ; l’une d’elles, la Petite, avait été bénite le 28 juillet 1725 dans l’église de l’abbaye de Gommerfontaine par messire Roffet,
curé de Lattainville.

Au mois d’octobre 1793 la municipalité à la tête de laquelle était un nommé Ducro, prêtre constitutionnel, fit la descente des cloches et
les tint à la disposition du gouvernement, bien que
“ le ministre de la Guerre et le département n’eussent point encore requis les municipalités des campagnes de faire cette descente”
Ce zèle produisit l’effet qu’on en attendait : peu après, trois des
cloches furent réclamées et transportées à Paris pour être converties
en canons….

Les vases, ornements, linges et autres objets servant à l’exercice du culte furent également enlevés et vendus aux enchères à Chaumont,
sur la place publique.
Vers 1802, lorsque les églises furent rendues au culte, la paroisse de Lattainville fut annexée à celle de Chambors et desservie par le curé
de cette localité.
Au cours des années 1841, 1842 et 1843 les principaux habitants
de la paroisse, au nombre desquels se trouvaient monsieur et madame Crèvecoeur, réclamèrent auprès du gouvernement l’érection de leur église en chapelle vicariale et s’engagèrent à pourvoir au traitement et au logement du chapelain.

Pour appuyer ce projet, monsieur et madame Crèvecœur firent donation à l’église de Lattainville de divers objets mobiliers et de quelques pièces de terrain.
La demande des habitants fit l’objet d’une instruction régulière et
enfin, le 18 juin 1845, une ordonnance royale l’accueillit favorablement.
Cette ordonnance fut entérinée par l’administration diocésaine le
30 juillet 1845.
Indépendamment des donations indiquées ci-dessus, monsieur et madame Crèvecoeur, conjointement avec leur fils Jean-Baptiste, firent réparer à leurs frais l’intérieur de l’église et ajoutèrent aux dispositions précédentes une rente annuelle et perpétuelle de cinquante francs en
un titre sur l’Etat français.

Vers 1884, l’église fit l’objet d’une restauration importante due à la générosité de monsieur et madame Hénon, de Paris, propriétaires à Lattainville, dignes successeurs de monsieur Jean-Baptiste Crèvecoeur, leur aïeul maternel.
Le temps faisant son œuvre, de nouvelles dégradations apparurent
dans le courant du siècle dernier et il devint urgent de procéder à de nouvelles restaurations.
Avant d’être élu maire sans interruption de 1983 à 2001, monsieur
Jean-Pierre GORSSE a réalisé sur ses deniers personnels des travaux de rénovation et d’aménagement de l’intérieur de l’église, notamment le sol, les murs, les bancs et les vitraux qui étaient dans un état très préoccupant.

Les travaux ont pu ensuite se poursuivre, grâce en particulier à l’aide de donateurs originaires du village, ainsi que de personnalités diverses dont monsieur Jack LANG, ministre de la Culture à l’époque, monsieur Marcel DASSAULT, et le général de COSSE BRISSAC.
Les derniers travaux en date remontent à quelques mois : il s’agit de la réfection du clocher de l’église dont la couverture avait subi elle aussi les outrages du temps… et des temps !

Pierre BATTEUR