Histoire & patrimoine

[Histoire et patrimoine]

[Reilly aujourd'hui]

[Plan de la ville]

[Vos Elus]

[Artisans]

[Infos pratiques]

[Manifestations]

[L'église Saint-Aubin ]

[Associations]

[Liens]

[Contact]



Etymologie du nom
de REILLY :

Relliacum a été fondé entre le
Vème et le VIIème siècle,
puis est devenu Rehli en 1150,
du nom latin Regilius (ou regulus)
avec le suffixe acum (domaine).

Reilly, village chargé d'histoire
Sa formation remonte aux premiers siècles de notre ère, alors que les légions romaines occupaient notre sol. Comme le pays alentour, il subit au Vème siècle, les invasions barbares. Puis, à l'aube de l'an 1000, alors que se met en place la hiérarchie féodale, la paroisse trouve à sa tête deux puissants personnages : le prêtre chargé du spirituel, le seigneur, chargé du temporel. Période de foi intense, qui nous vaut à la fin du Xème siècle la construction de l'église, suivie quelques vingt-cinq ans plus tard, du clocher coiffé d'une pyramide de pierre, une des premières du genre dans la région.

Pourtant la structure de l'agglomération telle que nous la connaissons aujourd'hui ne s'organisera que plus tard, après les grands travaux par le seigneur abbé de la riche abbaye de Saint-Germer-de-Fly qui rachète, en 1300, l'ensemble du domaine aux derniers seigneurs encore présents à Reilly. Il fait construire entre la rivière et la rue d'Enfer, une vaste ferme, avec chapelle et moulin, le tout ceint de hauts murs, encore en place de nos jours. Les désastres de la guerre de 100 ans provoquent l'abandon partiel du domaine. Dès la fin du XVème siècle, la chapelle du manoir de Saint Germer, restaurée à cette époque, est couverte d'une nouvelle toiture soutenue par une magnifique charpente en forme de coque de bateau renversée.
Les bâtiments extérieurs au domaine, placés au chevet de l'Eglise, sont rachetés par une famille alliée aux puissants Guiry du Perchay, et font l'objet de grandioses restaurations et embellissements. Le souffle de la renaissance française pénètre jusqu'au fond de nos campagnes.
Le principal témoin en est la porte d "entée à double ogive de style gothique flamboyant : c'est le manoir Saint-aubin. Sous la révolution, le domaine confisqué comme bien national, est racheté par un administrateur du Roi, dont les descendants construiront, au milieu du XIXème siècle, cette belle demeure bourgeoise, " le château ", érigé sur l'autre versant de la riante vallée du Réveillon. Ainsi, dans un site préservé, monuments et habitat forment un ensemble architectural de grande qualité.
LES MONUMENTS DE REILLY
L'EGLISE

La nef date de la fin du XIème siècle, le linteau au dessus de la porte d'entrée en est un témoin. Cette pièce rectangulaire ornée d'un croisillon, porte en son centre un personnage, les mains couvertes d'un linge : la " Schimla ", reste de la vieille tradition hébraïque (les prêtres ne touchaient les vases sacrés que les mains couvertes). D'autres y voient un enseignement ésotérique : la terre et le ciel, ave "c, entre les deux, un personnage en prière, et sur la droite, un paon, qui, comme le Phénix, a la faculté de renaître de ses cendres.
Le clocher est érigé dans le premier quart du XIIèmè siècle. Le toit en pierre est une des premières couvertures de ce genre dans la région, avec celui de l'église d'Auteuil, à Paris, aujourd'hui disparu. Vous remarquerez que les clochers en pierre des églises voisines sont plus élancés, mieux élaborés que celui de Reilly. Celui de Boubiers, par exemple date de la fin du XIIème siècle, soit plus tardif de 50 ans environ. Le chœur était primitivement plus étroit en hémicycle. Il fut agrandi au XIIIème siècle, comme en témoigne la fenêtre du chevet, récemment mise à jour.
Les cérémonies prenaient en effet de l'ampleur à cette époque.
Le porche est doté d'une charpente caractéristique du XVIème siècle. Là, après la messe, se réunissaient les édiles, pour décider des travaux communs : le début de la moisson, le curage de la rivière, …

SAINT-GERMER
ET SON MOULIN

Il s'agissait de bâtiments agricoles
à l'usage des moines de Saint-Germer, ,édifiés entre 1300 et 1317, année dela mort du seigneur abbé Foulques qui présida à leur construction. L'ensemble sera restauré après la guerre de 100 ans et la ferme, louée à bail par les moines de Saint-Germer, sera en partie détruite
par un incendie
en 1865.

Le Moulin

Saint-Germer
SAINT-AUBIN
La partie la plus ancienne , à gauche de la tourelle, remonte au moyen-âgeet servait de bâtiment agricole.
L'ensemble sera aménagé après
la guerre de cent ans par des
seigneursde la famille de Guiry.
La tourelle d'escaliers à cinq pans
date de la fin du XVème siècle,
comme la façade sur cour en pierre
de taille.
Le porche d'entrée, gothique flamboyant, et le colombier, sont du XVIème siècle, la base du tuyau de cheminée décorée de briques noires vernissées marque l'époque Henri II et la renaissance.

LE CHATEAU
Il a été construit vers le milieu du XIXème siècle par Maurice l'Epine,
petit fils de l'acquéreur du domaine vendu sous la révolution comme
bien national. Le corps principal, achevé en 1856, est offert en
présent à sa jeune femme. L'aile fut ajoutée en 1870 à l'occasion
de la naissance de sa première fille, Marie-Josèphe.


Le château

Le lavoir

LA FERME DE COURTIEUX
et son colombier Fut jadis la propriété du marquis de Séguier

Le plan d'eau



L'ENSEMBLE
MAIRIE ECOLE GITE

BIBLIOGRAPHIE :
Christian MENARD : ADO : 8120BR, 9852BR, 9343BR
Louis REGNIER : 991BR
Abbé BATICLE : 2317BR
Hugues BARRAUD :
Notices sur 1893 ; 5935
SHGBE : n°27 (Reilly en 1944)